Test – Q.U.B.E Director’s Cut

Il y a trois ans, les joueurs PC découvraient Q.U.B.E, un puzzle-game en vue subjective. Le titre était l'aboutissement du projet d'étude de trois étudiants et ce dernier avait été accueilli de manière très positive par les joueurs et la critique. Aujourd'hui, les joueurs sur console de salon vont enfin pouvoir profiter du titre dans une version dite Director's Cut.

Rat de laboratoire

Q.U.B.E Director's Cut

L'aventure débute par le réveil de notre avatar dans une pièce fermée et totalement vide et d'un blanc immaculé. C'est alors qu'une voix féminine nous expose notre situation. Rien de très original pour être honnête, mais le choix de ce système de narration reste efficace et immersif. Nous apprenons que personne ne sait exactement qui nous sommes et que pour pouvoir sortir, il nous faudra réussir une série de teste grâce aux étranges gants dont nous avons été équipé. L'ambiance se met donc en place en l'espace de quelques secondes et tout semble avoir été pensé pour que le joueur se sente comme un rat de laboratoire. Le premier constat que l'on peut faire ici c'est que cela marche. Que ce soit les pièces vides, d'un blanc presque clinique, votre interlocutrice qui semble aussi perdu que vous ou encore l'absence totale de sortie dans les différentes salles, impossible d'oublier que vous n'êtes qu'un cobaye. Malheureusement c'est également ce choix de narration qui va poser un problème à certains joueurs. Le titre ne propose aucune localisation autre que l'anglais que ce soit pour les voix ou pour les sous-titre. Les joueurs hermétiques à la langue de Shakespeare risque donc de passer à coté de l'intrigue ce qui est un peu dommage.

Du déjà vu, mais sans répétition

QUBEAu lancement le titre peut donner une impression de déjà vu, on citera par exemple Portal de Valve. Pourtant, après quelques minutes de jeu cette sensation disparaît. Q.U.B.E propose une personnalité propre. Celle-ci est notable de par son ambiance visuelle et la construction des environnements, mais aussi par la variété des puzzles qu'il propose. Du début à la fin de l'aventure, jamais vous n'aurez l'impression d'être confronté à une énigme similaire à une autre. Certaines vous demanderont de relier un point A à un point B, d'autres exigeront de vous que vous utilisiez les lois de la physique pour faire avancer une sphère le long d'un parcours. Cette variété, bien trop souvent absente de ce genre de titre, s'accompagne de véritables surprises que j'ai décidé de ne pas vous dévoiler ici. Le game-design du titre est véritablement son point fort. En évitant de devenir une copie des succès du genre et en proposant une grande variété de situations Q.U.B.E est bien plus qu'un énième puzzle-game inspiré de Portal.

 Un nouvel ennemi : le temps

Q.U.B.E: Director's Cut
Q.U.B.E: Director's Cut

La version Director's Cut du jeu inclus le mode Against The Qlock. Ce mode, disponible également sur la version classique du jeu sous forme de DLC, propose une dizaine de puzzle inédit conçu pour le Time Attack. Le leaderboard apporte une dimension compétitive au titre qui voit de ce fait sa durée de vie augmentée. Les puzzles de ce mode sont bien pensés et efficaces. Pourtant, si ce mode de jeu est très agréable à parcourir, il met en évidence un autre problème du titre. Q.U.B.E a avant tout été développé pour le combo souris clavier. Un aspect qui ne gêne absolument pas durant la campagne, ni même pour arriver au bout des puzzles proposés par le mode Against The Qlock, mais qui posera des problèmes aux compétiteurs dans l'âme qui souhaiteraient pousser le chrono. Le contrôle à la manette reste moins réactif que la souris.

Intelligent, beau et fluide

qube-directors-cutcertVoilà trois adjectifs qui correspondent parfaitement à Q.U.B.E Director's Cut. Le test a été réalisé sur PS4 et le jeu a montré une fluidité sans faille, même durant les passages les plus rapides. Le jeu est très agréable à l'œil et les graphismes proposés sont plus fins que sur la version d'origine. La musique par contre ne vous restera pas dans le tête et bien que celle ci rempli bien son rôle, il y a peu de chance de la voir apparaître sur le programme des Video Games Live. Il en est de même pour les bruitages. L'aventure se termine en quatre petites heures, mais des heures bien remplies. Le mode Against The Qlock prolongera le plaisir pendant quelques heures et ce sera avec plaisir que l'on relancera le jeu après une période d'inactivité pour le plaisir de se creuser la cervelle une fois de plus. Proposé pour moins de 10 € le jeu est, pour nous en tout cas, un des immanquable de l'été et devrait figurer dans la bibliothèque de tous les amateurs de puzzle-games et ce quel que soit leur plateforme de prédilection.